Prendre de la hauteur…

Vous savez ce que cela veut dire vous ? De quelle hauteur parle-t-on ?

Je rencontre Martine pour la première fois il y a deux semaines.
Elle m’expose le thème de son coaching

« Je viens d’être nommée directrice et mon N+1 me demande de prendre de la hauteur ».

« Félicitation Martine, vous avez certainement déjà pris de la hauteur en accédant à cet étage supérieur »…

Sourire timide de Martine qui à cet instant doit se demander si en l’occurrence la coach qu’elle rencontre n’est pas un peu trop perchée.

« A quoi vous saurez que vous aurez pris de la hauteur à la fin du coaching? »

Silence…(Décidément avec cette coach ça risque d’être un peu compliqué).

« Je suppose que je traiterai les sujets avec plus de recul »

« Vous supposez? 🙂 »

(Elle m’énerve)… »ben oui, en fait je ne lui ai pas vraiment demandé, je pensais que c’était évident »

« Pour moi ça ne l’est pas… il y a de multiples façons de prendre de la hauteur…
Certaines fois c’est d’un point de vue stratégique : traiter les dossiers avec une casquette plus large que celle de notre propre direction (hauteur verticale)
D’autres fois c’est plutôt d’un point de vue émotionnel, se laisser moins impacter par des frustrations au quotidien (hauteur émotionnelle)
D’autres fois encore il s’agit de mener un dossier en ayant une vision plus lointaine que l’impact des décisions à court terme (hauteur temporelle)
Il arrive aussi qu’on attende de la personne qu’elle crée un autre groupe de relation, avec les directeurs et moins avec son équipe (hauteur transversale)
et dans certains cas, c’est tout cela à la fois 🙂

(N’oublions pas les quelques cas où il s’agit d’une demande implicite : prenez de la hauteur, ne venez pas me parler de vos problèmes)

On avance dans la séance. Martine mesure l’importance de clarifier les demandes, d’oser confronter les assertions et de vérifier l’adéquation entre les attentes des autres et ses propres besoins de développements professionnelles.

Ce matin, Martine me disait qu’en échangeant avec son N+1, elle avait mieux compris la demande. Celui-ci paraissait même content qu’elle vienne le questionner sur le sujet. C’est sur l’aspect stratégique qu’elle doit travailler. Intégrer toutes les dimensions de l’entreprise, aborder les sujets d’un point de vue systémique.

Développer un point de vue systémique c’est être attentif aux liens que l’on peut faire entre les différents sujets d’un comité de direction pour avoir un point de vue plus global et permettre de faire avancer l’entreprise de façon synchronisée quelque soit le thème. Etre attentif aux problématiques répétitives, dupliquer les stratégies qui fonctionnent, observer les croyances collectives qui s’auto-confirment, aligner le temps consacré aux sujets de l’ordre du jour avec les priorités…

Martine est curieuse et motivée, elle a pris la pleine mesure des avantages qu’elle aura à développer sa vision stratégique…C’est l’ingrédient principal de la recette d’un coaching efficace. Je vais moi aussi apprendre auprès d’elle, comme j’apprends toujours lors de nos échanges…regardez la photo, je prends déjà de la hauteur 😉

Une prochaine fois, nous aborderons le deuxième sujet en vogue… « Le lâcher prise » 😉
En attendant de trouver la prise à lâcher, je vous souhaite une bonne fin d’année.

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.