Voilà déjà un mois écoulé depuis la newsletter de la rentrée. 

Vous êtes nombreux à me faire signe en lisant ces nouvelles : petit signe de présence, encouragement, manifestation d’une volonté d’entrer vous aussi dans ce monde qui vous intrigue et vous attire à la fois…Merci à chacun pour ces messages, ils me boostent dans mon projet ! 

Vous avez renoué avec vos dossiers, certains sont déjà débordés, d’autres recommencent à projeter un futur différent… 

Plusieurs d’entre vous en ce dernier trimestre me parlent d’EBS (Economic Balance Sheet), de MVBS (Market Value Balance Sheet) et mon esprit déformé par mes nouvelles fonctions (à partir de quand je ne dirai plus nouvelles ?) se met à interpréter ces concepts dans d’autres cadres de référence…

Longtemps les compagnies d’assurance valorisaient une grande partie de leurs actifs en valeurs historiques et calculaient leurs passifs par une méthode rétrospective.

Depuis quelques années, les normes comptables intègrent une vision prospective et au travers des IFRS et de Solvabilité 2, les comptables-actuaires-financiers s’évertuent à actualiser la valeur de leur bilan en valeur de marché ou valeur économique en tenant compte le plus possible des aléas du futur. Outre l’exercice intéressant qui consiste à étudier les scénarios futurs et leurs probabilités d’occurrence, la valeur ainsi obtenue reflète les conditions de l’environnement dans lequel la société évolue.

Houla, se disent certains, la voilà repartie dans ses cours d’Actuariat…

Point du tout !

Et si, de manière « totalement » imaginaire, nous transposions ces notions dans le cadre des hommes ?

Mettons comme hypothèse que la « valeur rétrospective » d’un homme soit déterminée par ses acquis, son histoire, ses principes et ses « Valeurs » .

Comment serait définie sa « valeur prospective » ? 

L’analogie peut nous laisser penser qu’il s’agirait d’actualiser les scénarios de vie projetés pour déterminer une valeur.

Chaque scénario serait dépendant des variables définissant l’environnement de l’individu : économique, géographique, humain…

Chaque trajectoire décrirait toutes les options d’un projet ou toutes les réalisations possibles après la réussite d’une ambition, ou simplement les options possibles après les progrès réalisés dans un domaine.

Comme de tout temps en Assurances, le choix du facteur d’actualisation serait déterminant…ce n’est pas pour rien si dans 80% des objectifs de coaching, le temps est un élément important (comment mieux le remplir, mieux l’organiser, mieux l’accepter).

Et vous combien de trajectoires de vie projetez-vous ?

Quel bénéfice vous tireriez à élargir votre spectre et étudier de nouvelles perspectives ?

Le coaching est un outil puissant pour étudier vos trajectoires et trouver votre « Best Estimate ».

Bienvenue en Coaching !

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *